BAO en images - Témoignages

BAO

Arsène, ancien stagiaire de la formation Maçon du Bâti Ancien

1. Quelle était votre situation avant d'entrer en formation chez BAO ?

« J'étais chômeur de longue durée, c'est mon accompagnateur à l'emploi qui m'a proposé cette formation. Ma situation n'était pas facile, je bénéficiais du RSA, donc financièrement c'était difficile de se projeter dans l'avenir, et malgré mon titre professionnel de chauffagiste, je ne trouvais pas d'emploi car je n'avais pas l'expérience demandée par les employeurs.

Je connaissais un peu la maçonnerie générale mais pas du tout le bâti ancien. »

2. Que pensez-vous du dispositif de formation dispensée sur chantier et complétée en atelier ?

« C'est un bon système, c'est ce qu'il y a de mieux. On apprend à forger en forgeant.

Il n'y a pas de stress, les formateurs nous laissent le temps d'apprendre à notre rythme.

On apprend aussi les mesures de sécurité. »

3. Qu'est-ce qui vous a le plus plu dans la formation ?

« C'est la variété des supports de formation, je me suis formé sur le Fort Ganteaume à refouiller, tailler et poser les pierres ; et sur le Fort Saint Jean à la construction de murs en pierres sèches.

Ca a été très difficile, car c'est un métier compliqué. Au début, je n'arrivais à rien et ensuite petit à petit j'ai compris le truc, et ça c'est génial. »

4. Ca vous a plu de vous former dans ces monuments historiques ?

« Ce sont de beaux décors, on a toujours de belles vues, c'est toujours plus sympa de travailler dans ce cadre. »

5. Ce que vous avez appris, est-ce que vous vous en servez aujourd'hui au sein de votre entreprise dans le bâtiment (M&H)?

« Oui, comme on se forme sur chantier, c'est la vraie vie, et lorsque l'on sait monter des murs en moellons, poser des agglos, ça devient tout de suite plus simple. Et j'étais assez content la semaine passée de construire un mur en pierres sèches pour un aménagement paysager d'un particulier, les gestes sont revenus tout de suite, et ça s'est très bien passé.

La formation m'a permis d'être tout de suite opérationnel avec mon employeur. »

6. Quelle est votre situation aujourd'hui ?

« Après la validation de mon titre professionnel de Maçon du Bâti Ancien, j'ai presque tout de suite enchainé avec un CDI en tant qu'ouvrier du bâtiment à 35h/semaine. C'est parfait. »

7. Quels sont les plus de la formation ?

« Se former sur le chantier, c'est très bien ; et aussi nous sommes suivis dans le cadre de la formation par les formateurs mais aussi par un accompagnateur qui nous aide à régler nos petits soucis, à organiser notre recherche d'emploi, c'est motivant d'être un peu guidé. »

8. Qu'est-ce que vous conseillez aux personnes à la recherche d'un emploi ?

« Lorsque l'on est motivé, c'est une bonne formation pour avoir du boulot. »


BAO

Témoignage Rokia, stagiaire Maçon du Bâti Ancien qui vient de terminer sa formation.

1. Quelle était votre situation avant d'entrer en formation chez BAO ?

« J'étais sans emploi depuis 2 ans, et avec mon accompagnateur à l'emploi, on a défini un projet professionnel intégrant certains critères : travailler en extérieur, avoir une activité physique et être en équipe. »

2. Que pensez-vous du couple formation sur chantier et en atelier ?

« J'ai plus appris sur le chantier, j'ai un apprentissage manuel, j'apprends plus en faisant qu'en étudiant.

Et ça m'a aussi permis de me tester sur le métier.»

3. Se former sur des monuments historiques ?

« Je suis contente de m'être formée sur le Fort, car ça a permis de le restaurer et on voit aussi la vraie grandeur de ce que l'on fait, le résultat final. En tant que marseillaise, je suis fière d'avoir participé à la restauration du Fort Saint Nicolas. »

4. Etre une femme dans le bâtiment ?

« Pas de soucis, j'ai l'habitude de travailler en équipe, je savais que je pouvais me faire respecter. Au départ, en tant que femme, on en donne beaucoup pour montrer aux gars que l'on a notre place. Mais ils m'ont très bien intégrée dans l'équipe.

L'accueil, l'organisation ont été très bien (vestiaires, toilettes), il n'y a pas de soucis de formation pour une femme.

Au début, j'ai été surprise de pouvoir intégrer cette formation, car je n'y connaissais rien dans le bâtiment, c'est bien qu'il n'y ait pas de pré-requis pour intégrer ces formations.»

5. Vous avez appris de nouvelles compétences ?

« Oui c'était vraiment mon souhait de développer des compétences dans le bâtiment, et j'ai appris plein de choses. A l'examen, j'ai obtenu 2 Certificats de Qualification Professionnelle (le Titre de MBA compte 3 CCP) car il m'a manqué une heure pour terminer le mur. »